Aline et Monsieur A vont a Victoria

Aujourd’hui: voyage a Victoria, sur Vancouver Island, pour deux jours.

Pour commencer, un peu de géographie-pour-les-nuls:

(Au passage, je voudrais bien, pour mon anniversaire, « La photographie pour les nuls », je compte m’acheter un nouvel appareil photo qui fait des photos bien tout le temps, et pas uniquement quand il fait grand soleil et qu’on bouge pas d’un millimètre)

Voila pour l’ile: « (en anglais : Vancouver Island)[2]est une grande île côtière de Colombie-Britannique (Canada) sur la côte Pacifique. Séparée du continent par le détroit de Géorgie, elle est la plus grande île de la côte ouest de l’Amérique avec 32 134 km², soit, à titre de comparaison, une superficie légèrement supérieure à celle de la Belgique. » (source Wiskypedia. Si vous voulez plus d’infos y’a qu’a cliquer la, sinon on va encore y passer la nuit).

Comme on est des vrais aventuriers de l’espace, on y est alle en…transport en commun.

Ben ouais, mais les transports en commun c’est cool, ca participe a l’effort global, ca coute pas trop cher, … (merci de remplir les pointilles, j’ai plus d’arguments).

Après un départ raté le lundi 27 au matin (je croyais que j’avais appuyé sur rappel quand mon réveil a sonne, alors qu’en fait non, comme il a pas re-sonné et que je me suis réveillée deux heures plus tard, j’en ai déduit que j’avais appuyé sur sortie), on est finalement partis mardi matin, hyper toooot. On s’est réveillé a 7h (aie.), puis on a pris le skytrain jusqu’à Bridgeport, pour prendre un bus express qui nous a amené directement au terminal du ferry, a Tsawwassen Bay (ca doit être un nom indien, ca pourrait même être le grand père de Yakari, si ca se trouve). Tsawwassen (c’est super rigolo a écrire) est situé tout en bas du Canada, pile contre la frontière avec l’état de Washington, sur la mer:

(Le trait blanc c’est la frontière, histoire de se repérer)

Le truc pratique quand on y va en bus, c’est qu’en arrivant, pas besoin de se demander ou on va, quelle route, quelle zone, et « pourquoi on fait pas demi-tour », et « je comprend pas il a dit F et nous on est K », et « tu crois qu’on s’est trompe ou c’est lui qui est nul? », et « purée on se caille dans la voiture », et « ben j’ai envie de faire pipi maintenant », et « non j’ai envie de faire pipi maintenant, pas tout a l’heure, sinon je te l’aurais dit tout a l’heure », et « bon ils attendent quoi? », et « tiens c’est marrant, notre ferry il est en train de partir, sans nous, non? », et « ha non celui-la il va pas au même endroit »…

Le bus nous a déposé devant ca, royal:

on pouvait pas être plus près.

Une fois les billets pris, on est allé jusqu’à notre embarcadère:

(ouais, on a pris les billets option « baleine »)

On est allé jusqu’à Berthe, 4eme du nom,

On a marché au milieu parce qu’on a d’ordre a recevoir de personne,

On a vu notre bateau, le Spirit of British Columbia, arriver, triomphant,

On a dit « au revoir » aux montagnes,

On a choisi nos bouées de sauvetage, histoire d’être sauvegardés,

On a regardé la nolwenn que faisait le bateau, en se disant que la notre, de Nolwenn, si elle était la, serait obligée de rester dans les salons, parce que la mer, ca fait friser, et haaaaaaaaaaaaaaa-la-honte!

et on s’en est allé.

Pour la partie apprenons-des-choses-de-la-vie-et-augmentons-notre-savoir: l’ile de Vancouver est en réalité un archipel de près de 1000 iles, que nous avons croisé ca et la.

On a aussi vu une otarie, si-si, une vraie-même-pas-dans-un-zoo-puisqu’elle-était-dans-la-mer, qui jouait a essayer de manger des mouettes.

+1 animal a mettre dans mon herbier des animaux rencontrés a l’état sauvage (enfin a l’état de pas dans une cage, parce que les ratons laveurs de Stanley Park, ils sont pas dans une cage mais ils ne sont pas sauvages, même si ce sont des sauvages).

Après, on a trouvé mieux que les bouées, donc on a choisi l’option boite magique pour être sauvegardés.

Et ensuite, au terme de jours et de jours de voyage (50 minutes), les premières traces d’une civilisation on fait leurs apparitions: »Te’ ‘e, te’ ‘e a l’ho’izon! »

Après on s’est pris en photo pour bien montrer qu’on y était, et on a chacun choisi quelle cabane-au-Canada on voulait:

Moi j’veux elle.

Ha non j’veux elle.

ou plutôt elle.

Ha ouais et aussi elle, ou elle, ou elle.

(Voix d’Abdel) « Moi j’veux elle. »

« Haaaaaaaan, mais naaaaaaaaaaaaan, tu peux pas dire que tu la voulais avant, moi aussi j’la veuuuuuuuux! C’est juste que j’ai même pas eu le temps de le diiiiiiiiiire » (voix ridicule de canard d’Aline)

On a vu plein d’iles, assez sympathiques au demeurant, mais si tu es retraité ou si tu vis de pêche et d’eau-de-mer, sinon je vois pas comment tu fais pour t’en sortir:

C’est un peu comme dans un rêve, mais en fait pas vraiment, puisque c’est en vrai.

On a quand même fini par arriver au débarcadère de Swarz Bay, et la, j’ai trouvé ma vraie-cabane-au-canada, avec kayak en bas et tout et tout:

Heureusement, quand on est arrivé il faisait beau, parce que bien que la météo le disait, c’était quand même pas gagné au départ.

Ensuite, on a fait la queue bien sagement pour prendre le bus, a deux étages (oui, mais pas rouge, et avec la conduite a gauche). Je n’ai pas pensé a prendre en photo la queue, mais pour vous donner une idée: des pingouins qui marchent sur la glace en file indienne, vous voyez ce que ca donne? Et ben pareil, mais a l’arrêt et sur une centaine de mètres environ. Et c’est la que t’es content d’avoir grillé tout le monde en descendant, parce que sinon au lieu d’être au milieu, tu serais a la fin, de la queue, et donc t’aurait attendu le bus suivant. C’est comme les places a tables dans les réunions de famille, tout n’est que pure stratégie.

On avait 30km de bus a faire pour arriver a Victoria, pour la modique somme de 2,5$ par personne. Limite on se croyait au Pérou avec ce prix la.

On a fait vite fait fait un détour par l’Australie:

(Bande d’incultes, Sydney, ca s’écrit avec un « Y »)

Dans la série « les canadiens sont marrants »: confondre sa voiture et sa porte d’entrée.

En arrivant sur Victoria, on a testé le Mac Dodo, et surtout le « Double Big Mac »:

Un pain plus fondant, moins de sauce, plus de viande…Rien a voir, digne d’un 3 macarons dans le guide-michelin-pour-les-nuls.

On s’est dégoté une chambre dans une auberge de jeunesse sympa, pour 53,69$ la nuit:

T’éternue trop fort, tu te cognes dans les murs… mais au moins c’était pas un dortoir!

Le petit cote « prison », du couloir:

Une fois nos affaires déposées et le guide Ulysse de l’Ouest Canadien consulté, on est parti en chasse des étoiles indiquées sur le plan, signe d’un truc intéressant.

Alors évidemment, comme je sais toujours pas lire un plan, on est parti dans l’autre sens, et on est arrivé dans une rue avec des camés partout, et une clinique de désintox’…Glauquissime! mais heureusement on a tourné au bloc suivant, et 100m plus loin on était revenu dans un quartier fréquentable. ils pouvaient pas le mettre, dans le guide Ulysse? Illustrer le coin par une seringue, ca aurait quand même pas été trop compliqué tout de même! enfin bref.

Donc on a visité Chinetoquetown en premier:

(désolé pour la qualité médiocre de ces photos, il ne faisait pas du tout nuit,
mais mon appareil photo ne sait pas gérer les différences de luminosité)

une mini rue, comme dans les films!

♪♫♪ « Des briques, encore des briques, toujours des briques, les mêmes briques… » ♫♪♪♫

« Ici a vécu un homme dévoré par des champignons noirs » est surement la traduction de cette écriture cunéiforme.

Le chemin de traverse

« Voisin! t’as encore oublié de fermer ta fenêtre! ca commence a bien faire, c’est la deuxième fois cette semaine! »

Test de Rorschach (Rorchar) pour vélo

Cette maison, elle est magique, on voit a travers!

Au bout d’un moment, on a fini par sortir de Chinetoquetown, et on a continué par-ci, par-la:

Un passage comme a la parisienne

Attention, Hansel et Gretel, Polypheme a déménagé!

Oui, c’est flou, mais le dernier étage est sympa.

Dans la série « les canadiens sont marrants »: faire une insigne de magasin en bois véritable, qui,
avec ses 20kg, pourrait tuer un passant a n’importe quel moment.

Le parlement de la Colombie Britannique

Quel est le comble pour un vélo?

C’est de servir a accrocher d’autres vélos.

Dans la série « Les canadiens sont marrants »: confondre son bateau et son sapin de Noël.

On a trouvé une épicerie japonaise, ou on s’est ravitaillé. La dame, fort gentille, nous a donné deux barquettes de plus, parce qu’elle allait fermer et donc jeter sa marchandise. Chic chic!

Le lendemain matin, on a fait 30 mètres, et on est rentré dans cette échoppe prendre notre petit-déjeuner:

TROP TROP BON.

Et on est reparti, clopin-clopan, visiter le reste de la ville:

Si t’as pas de chance, ca te tombe dessus.

Ici, les vieux ne nourrissent pas les pigeons, mais les mouettes.

Truc a mettre sur la liste des choses-a-faire-quand-je-serai-plus-grande: testeuse d’hôtel de luxe.

Le test débile du jour: faire du surf sur un caillou.

Après M. Patate, M. Crabe. A monter soi-même.

Haaaaaaaaaaa, je suis attaquée!

Attention, haaaaa, elle va t’attaquer!!

« Heheeeeeeee, je vais te niaquer la tête, hinhinhinhinihinihinihin »

« Ha mais non attends! j’ai pas eu le temps de te pincer le cerveau! »

Un peu comme un château, mais pas vraiment.

La pampa

Y’a des vieux qui se foutent de notre gueule, moi j’dis.

On voyait tellement bien le fond qu’on a vu des etoiles de mer. Et pas des petites, non, des grosses, qui ressemblaient a un assemblage de 5 langues de boeufs…beuuuuuuurk.

Des orques sous ecstasy qui dansent la gigue

Une toupie geante

Ou voir des orques (enfin ceux qui ne se dandinent pas hors de l’eau complètement drogués)

Dans la série « Les canadiens sont marrants »: embaucher des élans dans la police montée.

Un peu comme en Australie, mais en fait pas vraiment.

Les lunettes bling-bling, c’est chacun son tour.

Et c’est reparti dans l’autre sens… En plus on a eu une réduction de 7,70$, et on a toujours pas compris pourquoi.

C’est chouette le Canada.

Oh non! ils ont ferme les rideaux! on peut même pas voir s’il y a des grosses vagues!

(en même temps il fait nuit, alors bon)

Heureusement, hier soir on a trouvé un jeu de Uno chez Chapters (comme Arthaud, en gros). Ca a permis d’avoir une occupation, parce que Victoria, passe 6h du soir y’a plus rien d’ouvert, et personne dans l’auberge de jeunesse a rencontrer…Pratique le jeu passe-partout!

Mais que de sérieux…

 

 

Et voila pour cette aventure. la prochaine fois, je vous raconterai comment on s’est fait une nouvelle amie, mais en attendant je vais aller manger de la galette des rois.

« Salut et Banzai ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

4 responses to this post.

  1. Posted by manue on 10 janvier 2011 at 06:08

    Vous êtes trop beaux et mignons tous les 2 sur le bateau!!! Et comme ça a l’air bon le ptit dej canadien pris dans cette échope;)
    gros bisous ma coupine!
    manue

    Réponse

  2. Posted by titia on 10 janvier 2011 at 15:11

    C’est trop beau tout ça
    La notre de nOLWENN sur le bateau aurait probablement hurlé :: hannnn c’est immonde, je frise, c’est trop léééé !!!! (écrit à la nol !)
    Abdel a enfin récupéré ses lunettes ????
    bisous

    Réponse

  3. Posted by titia on 10 janvier 2011 at 15:12

    Au fait je veux que tu m’envoies en UPS super mega express, le gros Muffin !!!!! je veux le même

    Réponse

  4. Posted by Orion's ARM on 12 janvier 2011 at 09:24

    oui et j ai gagne la partie de UNO

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :